Zèbre

Les zèbres



Catégories :

Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu - Espèce menacée - Mammifère (nom vernaculaire) - Équidé

Recherche sur Google Images :


Source image : www2.arnes.si
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le zèbre est un périssodactyle c'est-à-dire qu'il possède des doigts recouverts.... A titre d'exemple, deux sous- espèces de zèbres, le quagga et l'Equus quagga... (source : dinosoria)
  • "Ekuréa j'ai trouvé" : Pourqoui le zèbre est -il rayé ?... Espèces :. Zèbre des montagnes (Equus Zebra). Zèbre des steppes (Equus quagga)... (source : faunaventure)
  • ... Le zèbre est un animal d'Afrique centrale ou Australie qui est comparable à ... quagga) - espèce éteinte ;; le zèbre des montagnes (Equus zebra).... (source : fr.wikimini)
Nom vernaculaire ou
nom normalisé ambigu :
Le terme «Zèbre» sert à désigner, en français,
plusieurs taxons différents. Icône de redirection
Zèbre
zèbres
zèbres
Taxons concernés
Sous-articles sur les zèbres
Autres articles sur le mot zèbre

Les zèbres (/zEbR@/ sont des espèces de la famille du cheval c'est-à-dire des Equidæ habitant l'Afrique centrale et australe. Ces animaux se définissent par des bandes de rayures verticales. Biens que la phylogénie des équidés ne soit pas bien connue en 2008, ce groupe est manifestement paraphylétique, c'est-à-dire que si tous ces animaux descendent bien d'une espèce commune, l'ensemble des espèces descendantes de celle-ci ne sont pas que des zèbres. Il y a également des chevaux et des ânes qui sont plus ou moins proches de chacune de ces espèces.

Etymologie et vocabulaire

Le terme zèbre est certainement issu du latin vulgaire *eciferus, variation populaire de equiferus c'est-à-dire de «cheval sauvage» en latin classique. Il serait parvenu en français par l'intermédiaire du portugais cebra, nom qui dans cette langue servait originellement à désigner à un âne sauvage spécifiquement abondant dans la péninsule ibérique jusqu'au XVIe siècle. Les forment anciennes du français sont ezebra, enzebra, Ezebrera[1].

Généralités
  • le zèbre mesure de 1, 20 à 1, 35 m à l'encolure ;
  • le zèbre à une vitesse de pointe de 60 km/h.
  • un zèbre vit en moyenne vingt à trente ans (jusqu'à quarante ans dans un zoo)  ;

Rayures

Le zèbre est-il blanc à rayures noires ou noir à rayures blanches, comme le demande une légende africaine ? Les zèbres sont avant tout reconnaissables aux bandes blanches sur fond noir de leur pelage. Si le zèbre de Burchell possède de vingt-cinq à trente raies, le zèbre de Grévy en compte à peu près quatre-vingts et le zèbre des montagnes quarante-trois.

Développement embryonnaire

Les raies blanches du zèbre sont absentes au stade fœtal d'origine. Les rayures finissent par apparaître, par bandes d'environ quatre cents micromètres (vingt fois une cellule). Les rayures sont alors d'autant plus nombreuses que l'animal est gros. Elles grandissent ensuite avec lui. Selon J. B. L. Bard, les espèces de zèbres changeraient selon le stade embryonnaire auquel apparaissent les raies. Bard a découvert un zèbre anormal, sans raies. Son pelage noir était parsemé de points blancs, ce qui prouverait que les raies se forment par inhibition de la production de mélanine et que le zèbre est bien un équidé noir à rayures blanches.

Rôle des rayures

Dans la savane, le zèbre est particulièrement visible, ce qui tendrait à être une exception à la règle du camouflage. On peut par conséquent se demander raisonnablement quels avantages apportent ces rayures.

Dans les années 1970, des recherches ont pointé le fait que la mouche tsé-tsé, responsable de la maladie du sommeil est attirée par des larges zones monochromes : les rayures permettraient de se protéger du parasite. Or, il s'avère que les zèbres, comme les gnous et les gazelles, résistent bien à cette maladie. [2]

Les rayures auraient en particulier un effet stroboscopique sur les prédateurs. Quand tout un troupeau s'enfuit, les raies des divers individus se mélangent, rendant flou le contour d'un animal aux yeux d'un lion, par exemple. [2]

Enfin, certains chercheurs attribuent à ces couleurs un rôle social, la disposition des bandes donnant la possibilité la reconnaissance des individus entre eux.

Les classifications

Espèces généralement citées dans les classifications classiques [3] :

Les espèces sont surtout caractérisées par un nombre différent de chromosomes : 46 pour le Zèbre de Grevy, 44 pour le Zèbre des plaines, et 32 pour le Zèbre des montagnes.


Une nouvelle classification a été proposée en 2004 par les Anglais [4] :

  • Sous-genre Dolichohippus avec une seule espèce :
  • Sous-genre Hippotigris avec 3 espèces :
    • Equus quagga, «Zèbre des plaines» selon les anglophones, avec six sous-espèces :
      • Equus quagga quagga, Quagga, (éteint)
      • Equus quagga burchellii, Zèbre de Burchell
      • Equus quagga bœhmi, «Zèbre de Grant» selon les anglophones.
      • Equus quagga borensis, «Zèbre de Selous» selon les anglophones.
      • Equus quagga chapmani, Zèbre de Chapman,
      • Equus quagga crawshayi, «Zèbre de Crawshay» selon les anglophones.
    • Equus zebra, «Zèbre de montagnes du Cap» selon les anglophones.
    • Equus hartmannæ, ou «Zèbre de montagnes de Hartmann» selon les anglophones.

Espèces vivantes

Zèbre de Burchell, Namibie, 2006

Les populations de zèbres fluctuent énormément, et les liens entre les espèces ne sont pas toujours particulièrement bien compris. La taxinomie des zèbres est toujours discutée et instable. À l'instar des sites de référence taxinomiques ci-dessous, et en l'attente d'une décision définitive, nous en resterons ici à la classification respectant les traditions. Espece : burchelli Genre : equus Famille : equidæ Ordre : périssodactyles Classe : Mammifère Embranchement : Vertébrés Règne : Animal

  • Le zèbre commun, toujours nommé zèbre des plaines est le plus commun. (Equus burchellii). Il comporte cinq sous-espèces, réparties entre l'Afrique de l'Est et du Sud. Le «zèbre de Burchell» désignait en fait une sous-espèce éteinte, Equus quagga burchelli)  ;
  • le zèbre des montagnes (Equus zebra), de l'Afrique du Sud-Ouest , tend à avoir une toison lisse, un ventre blanc et des rayures plus rapprochées que son cousin des plaines. Il comprend deux sous-espèces et est en danger d'extinction ;
  • le zèbre de Grévy (Equus grevyi) est le plus grand de l'ensemble des zèbres. Il possède une longue crinière hérissée ainsi qu'une tête longue et étroite qui le fait ressembler à une mule. C'est un habitant des savanes d'Éthiopie, de Somalie et du nord du Kenya. Il est aussi menacé d'extinction.
  • Le Quagga quant-à lui est désormais éteint.
  • Le Zébrâne est le croisement d'une ânesse et d'un zèbre.

Notons que, comme le cheval, le zèbre des montagnes hennit mais le zèbre de Grévy brait (comme l'âne).

Ressemblances

  • zébré est un adjectif dérivé de zèbre qui veut dire rayé.
  • les «Zèbres» est le surnom des joueurs de l'équipe de football de Charleroi (Belgique), en référence à leur maillot qui comporte des bandes noires et blanches.
  • dans plusieurs langues (comme l'espagnol, l'anglais ou le néerlandais), on nomme le passage piéton respectivement le passage-zèbre, le croisement-zèbre et le sentier-zèbre.

Photographies

Notes et références

  1. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de zèbre du CNRTL.
  2. ab Jean-Luc Nothias, «Pourquoi le tigre est-il rayé et le léopard tacquis ?», 2008, Le Figaro. Consulté le 21 mai 2008
  3. comme ADW ou ITIS
  4. «Groves, C. P. & Bell, H. B. 2004. New investigations on the taxonomy of the zebras genus Equus, subgenus Hippotigris. Mammalian Biology. 69 : 182-196.»

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A8bre.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu